Comment faire de l'écotourisme au Mexique?

Si vous souhaitez venir au Mexique et découvrir ce pays de manière responsable et équitable bref faire de l’écotourisme au Mexique alors sachez que cela est tout à fait possible.

Et oui le Mexique est un pays formidable puisqu’il est particulièrement développé et adapté à cette manière de voyager.

Alors oui nous avons malheureusement en tant qu’étranger parfois l’impression que le Mexique c’est seulement des plages et du tourisme de Masse. Mais détrompez-vous, laissez moi vous montrer un autre Mexique qui sera en accord avec vos valeurs.

Le Mexique dont on ne parle pas beaucoup, celui qui est un peu moins présent sur instagram et sur les réseaux sociaux. Et pourtant les touristes sont de plus en plus en quête d’une expérience plus responsable, équitable et largement plus authentique.

L'écotourisme au Mexique : Ma vision

Selon moi, il faut revenir à la base, à l’origine. Tourisme équitable, solidaire ou encore responsable, ce sont autant de termes qui pointent vers une même vision.

Parmi les effets du tourisme, il y a des effets négatifs. Notamment l’impact environnementale. C’est à cette problématique que l’écotourisme essaie d’amener une réponse. Elle va le faire de différentes manières mais avec un objectif commun, offrir un tourisme avec un plus grand respect de l’environnement. 

Si l’on applique l’écotourisme au Mexique, les objectifs sont les mêmes avec je dirais un point aditionnel. En effet l’objectif également de l’écotourisme c’est aussi son impact social. J’entends par là le fait de contribuer améliorer la situation des travailleurs locaux et de respecter les populations locales (comme indigènes par exemple). 

Et dans un pays comme le Mexique cela prend tout son sens. Quand on connait bien le pays, on s’aperçoit rapidement des inégalités sociales dont souffre ce pays. Et l’écotourisme peut-être un remède bien qu’il doit faire face à un paradoxe que nous évoquerons par la suite…

inégalité sociale par région au mexique

Une parmi beaucoup des inégalités que connait le pays est l’inégalité régionale. Pour faire simple, les Mexicains qui naissent pauvres dans le sud ont beaucoup moins de chances de profiter de l’ascenseur social par rapport à ceux qui naissent dans le nord. (source en cliquant ici)

Est-ce que c'est "simple" de faire l'écotourisme au Mexique ?

Un terrain de jeu incroyable

Le Mexique fait partie des pays les plus riches du monde par son patrimoine naturel et sa biodiversité. 

Ce pays vous offre des écosystèmes époustouflants sur des milliers de kilomètres carrés. Des espèces animales très diverses et uniques comme des papillons monarques, des tortues marines, des baleines grises… Bref des spectacles naturels extrêmement sensibles.

De même par sa géographie unique, les paysages que vous pouvez contempler sont totalement unique et dans le même temps en danger par le tourisme de masse.

Cette question n’est pas si nouvelle au Mexique, pour preuve j’ai retrouvé un rapport du secretariat du tourisme Mexicain. Ce rapport de 200 pages présente une stratégie nationale sur l’écotourisme au Mexique (rapport complet ici).

Le pays est donc conscient de sa force mais aussi des menaces et des dangers qui pourraient survenir. Les dirigeants ont depuis de nombreuses années commencés à travailler là-dessus.

Développement du tourisme reponsable au Mexique

Comme expliqué précédemment les enjeux de l’écotourisme ont été assez vite compris par les décideurs Mexicains.

Cela n’est pas parfait certes et les plus « radicaux » d’entre nous pourraient penser que le Mexique a été dénaturé (petite pensée pour Cancun et son architecture de béton).

Mais cela vient tout simplement d’une mauvaise connaissance du pays.

Une connaissance insuffisante. Car le pays est immense et recèle de lieux qui sont protégés et qui ont conserver leur authenticité.

Pour l’anecdote le Mexique possède 176 zones naturelles protégées, 5 d’entre-elles sont considérées comme patrimoine naturel de l’humanité par l’UNESCO.

Un exemple parmi tant d’autres est la situation de Mazunte à Oaxaca. Il s’agit du lieu où se situe la plus importante reproduction de tortue Marine au Mexique.

Dans les années 90 des milliers de tortues étaient sacrifiées, vendues pour la viande et les oeufs.

En réponse à cela le gouvernement fédéral avait à l’époque interdit toute activité économique rendant la zone en situation critique et vulnérable. Petit à petit de nouveaux projets soutenables sont venus s’implanter comme par exemple un programme de développement de la côte avec comme critères : 

-La participation des communautés locales dans les projets et entreprises 

-La conservation, l’entretien et l’amélioration environnementale du lieu

-La rentabilité c’est à dire généré une économie propre et autonome

J’aimerais ajouter que pour moi le dernier point est tout aussi important que les autres.

Car bien que dans ECOTOURISME, il y a « ECO », il n’en demeure qu’il y a aussi « TOURISME ».

Qu’est-ce que cela signifie ?

Tout simplement qu’il s’agit quoi qu’on pense d’une industrie où la rentabilité est absolument nécéssaire si l’on veut que les projets soient viables dans le temps.

Et vous quel est votre avis là-dessus ? Cliquez ci-dessous pour échanger !

Le paradoxe de l'écotourisme

Si d’apparence faire du tourisme responsable peut sembler facile, il existe néanmoins un paradoxe.

En effet l’exclusivité et le caractère unique des activités d’écotourisme ont un prix.

Le tourisme de masse, comme on peut le lire parfois, est comme son nom l’indique de masse ! D’un point de vue économique et business cela garantie une clientèle abondante, des économies d’échelles considérables et une récurrence des revenus.

L’écotourisme est à l’inverse de tout cela. Le but est de proposer des expériences uniques, loin de la foule en ajoutant des contraintes liées à l’environnement, l’économie etc…

Mais comme je l’ai dis précédemment, les projets ont besoin d’être rentable.

Partant de ce principe les prix seront automatiquement plus élevés que dans le tourisme classique.

Bon j’avoue aussi que l’Ecotourisme peut parfois être aussi un excellent argument marketing faisant gonfler les prix artificiellement. 

Au final on peut comparer la situation à l’industrie agroalimentaire avec le Bio. Manger sain et bon a un prix et il n’est pas si simple de manger bio ou sain de manière économique.

Pour finir et pour illustrer mes propos on peut parler de l’Hôtel Azulik à tulum. Véritable bijoux architectural, il s’agit d’un hôtel composé de 48 villas véritablement intégrées dans la jungle.

Le projet a été édifié par les populations Mayas locales à base de matériaux recyclés. Tout est pensé authenticité, tradition et respect environnemental. Les restaurants gastronomiques ont leur propre jardin, et donc les produits passe de la terre à la table quasiment…

Une fois de plus c’est un projet qui s’inscrit pleinement dans tout ce qu’on a vu auparavant. Avec également un prix à la hauteur de l’expérience puisqu’on est à 500 euros la nuit. Je vous laisse voir par vous-même ci-dessous.

azulik tulum ecotourisme

Quel type d'Ecotouriste êtes-vous ?

Observateur de la nature

Pour les amoureux de la faune et de la flore , j’ai ce qu’il vous faut.

Imaginez un lieu coupé du monde, où la nature a encore toute sa place, où les espèces vivantes sont en parfait harmonie… Et notamment une espèce. C’est la forêt de Michoacan. De novembre à Mars il se produit un spectacle extraordinaire. La migration depuis le canada de papillons « Monarca ». C’est près d’un milliards de papillons qui sont à la recherche d’un environnement plus chaud et qui se retrouvent dans cette forêt.

Seulement dépassée par l’Amazonie, la réserve de la biosphère de Calakmul est la deuxième plus grande extension de forêts tropicales en Amérique.

  • 80% des classes végétales de toute la péninsule du Yucatan
  • Abrite 350 espèces d’oiseaux et près de 100 mammifères, comme le jaguar ou le puma.

Mais tout n’est pas que nature : les Mayas sont arrivés ici et ont laissé leur marque avec l’impressionnante ville archéologique de Calakmul, considérée comme la plus importante de la période classique maya.

Les sportifs et aventuriers qui aiment se dépasser

Ici je m’adresse aux aventuriers, aux sportifs à ceux qui se sentent bien lorsqu’ils sont en mouvement dans la nature.

C’est d’autant plus simple pour moi que je me reconnais vraiment dans ce types d’activités. Bon soyons claire le Mexique possède une infinité de randonnées et d’aventures dans les quatre coins du pays.

Laissez moi tout de même vous en présenter quelques unes.

Tout d’abord c’est l’une des premières randonnées que j’ai réalisé au Mexique, il s’agit du Nevado de Toluca (1h30 de Mexico city).

C’est en faite l’ascension d’un volcan, la randonnée est simple si vous vous arrêtez au cratère où vous contemplerez de magnifiques lagunes.

En revanche si comme moi vous êtes plutôt partant pour le défi alors je vous invite à grimper vers le pic, le sommet du volcan.

Attention en hiver, le sommet est enneigé et nécessite de l’équipement donc prudence !

Enfin, vous pouvez également vous rendre à Bahia de Concepcion à Baja California Sur (Nord ouest du Mexique).

Vous pouvez vous baladez (à vélo par exemple), le coin est très tranquille sans nuisance visuelle, pas de gros resort hôtel, les plages sont très paisibles. Il est même recommandé de camper si c’est quelque chose qui vous plait !

Photo prise au Nevado de Toluca lors de mon « ascension » vers le pic, il s’agit d’une des deux lagunes du cratère.

Les innombrables espèce naturelles au Mexique

La première activité à laquelle je pense, c’est évidemment les Cenotes et notamment la plongée en Cenotes. J’ai d’ailleurs réalisé un article sur le sujet je vous laisse allez voir en cliquant ici.

Sian Ka’an, signifie : « Lieu où commence le ciel ».

C’est la zone humide la plus importante de la Riviera Maya et est inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1987.

C’est une réserve naturelle, qui abrite plus de 3 929 espèces, certaines en danger d’extinction. Si vous visitez  la Riviera Maya,  venez découvrir ce paradis de l’écotourisme.

Cabo Pulmo situé en basse Californie du Sud :

C’est le seul récif corallien de la mer de Cortez, il a plus de 25 000 ans et abrite plus de 226 espèces marines. Parc national où la pêche est interdite, la plongée et l’exploration scientifique étant les principales activités de ce lieu plein de magie et de vie.

La réserve naturelle de Río Lagartos au Yucatan :

C’est un port de pêche du Yucatán. Il y a de petits hôtels, restaurants et auberges. Mais à quelques minutes en bateau, vous trouverez la réserve de  de Ría Lagarto, c’est l’un des meilleurs écosystèmes de zones humides qui subsiste au Mexique. Il abrite des oiseaux migrateurs, des mollusques, des crustacés, des flamants roses, des spatules rosées, des ibis, des hérons et des aigrettes, des cigognes, entre autres.